Enseignements et articles

Saint Thomas d'Aquin : Catéchisme de la Somme théologique par le père Pègue

— Comment appelez-vous le lieu intermédiaire où se trouvent, après leur mort, ceux qui n’obtiennent pas tout de suite la récompense de leur vie méritoire ?
— On l’appelle le purgatoire (q. 71, a. 6 ; Appendice, II).

— Quelles sont les âmes qui occupent, après la mort, ce lieu intermédiaire qui est le purgatoire ?
— Ce sont les âmes des justes qui meurent dans la grâce de Jésus-Christ, mais qui, au moment de leur mort, se trouvent n’avoir pas entièrement satisfait à la justice de Dieu, pour la peine temporelle due au péché (ibid.).

— Le purgatoire est donc un lieu d’expiation où l’on doit, par des peines proportionnées, satisfaire à la justice de Dieu, avant de pouvoir être admis à la récompense du ciel ?
— Exactement, le purgatoire est cela ; et rien ne pouvait être plus en harmonie, soit avec la miséricorde de Dieu, soit avec sa justice (ibid.).

— Comment ou en quoi la miséricorde de Dieu éclate-t-elle dans l’expiation du purgatoire ?
— Elle éclate en ceci que, même après leur mort, Dieu donne aux âmes des justes, le moyen de satisfaire à sa justice et de se préparer ainsi à entrer dans le ciel, libres de toute dette envers cette
justice. Mais elle éclate aussi en ce que, par la communion de saints, Dieu permet aux vivants qui sont sur la terre d’offrir, en forme de suffrages, leurs propres satisfactions, ou d’appliquer, en gagnant des indulgences à leur intention, les satisfactions de Jésus-Christ, de la sainte Vierge et des saints, au lieu et place des satisfactions que les chères âmes du purgatoire devraient donner à la justice de Dieu, et, par là, de hâter leur entrée dans le ciel (q. 71, a. 6).

— Parmi tous les actes que peuvent faire ou procurer les justes qui vivent sur la terre à l’effet d’abréger l’expiation des âmes du purgatoire, en est-il un qui soit plus particulièrement excellent ?
— Oui ; c’est l’oblation du saint sacrifice de la messe.

— Est-il important, quand on fait ou que l’on procure cette oblation en vue des âmes du purgatoire, que l’on ait soi-même une plus grande ferveur ?

— Oui ; car, lorsqu’il s’agit de satisfaire à la justice de Dieu dans l’ordre de la rémission des péchés, Dieu regarde sans doute la valeur de ce qu’on lui offre – et, dans l’oblation du saint sacrifice de la
messe, cette valeur est infinie ; – mais il regarde, plus encore, la ferveur de celui qui offre : qu’il offre par lui-même, comme le prêtre ; ou qu’il offre par l’entremise ou le ministère d’un autre, comme les fidèles qui demandent au prêtre d’offrir en leur nom et à leur intention le saint sacrifice de la messe (q. 71, a. 9 ; Troisième Partie, q. 79, a. 5).

— C’est donc sur la ferveur de ceux qui demandent au prêtre d’offrir à leur intention le saint sacrifice de la messe, que Dieu mesure plus spécialement l’application du fruit du sacrifice ?
— Oui, il en est ainsi ; et cela montre combien ils doivent eux-mêmes s’exciter à la ferveur en faisant cette demande.

— Les œuvres satisfactoires que les justes font sur cette terre en les offrant à Dieu par mode de suffrages avec l’intention de les appliquer, soit aux âmes du purgatoire en général, soit à tel groupe
d’âmes, soit à telle âme en particulier, sont-elles appliquées conformément à leur intention ?
— Oui ; et avec le degré de valeur que leur donne la ferveur du sujet qui les accomplit et les offre ainsi en esprit de charité (q. 71, a. 6).

— Peut-on aussi appliquer, soit aux âmes du purgatoire en général, soit à tel groupe d’âmes, soit à telle âme en particulier, les indulgences que l’on gagne et qui sont applicables aux âmes du purgatoire ?
— Oui, on le peut également ; et tout dépend ici de l’intention de celui qui les gagne, réglée elle-même par l’intention de l’Église que manifeste la teneur des termes qui fixent la concession (q. 71, a. 6 ; Code, 930).

— Quand se trouve achevée ou complète la satisfaction qu’elles devaient offrir à Dieu pour leurs péchés passés, les âmes qui étaient détenues au purgatoire, sont-elles immédiatement introduites dans le ciel ?
— Oui ; c’est tout de suite après qu’elles ont complété leur satisfaction, que les âmes des justes détenues au purgatoire en sont retirées pour être introduites au ciel (q. 69, a. 2 ; Appendice, II, 6).

La lettre

Utilisez ce formulaire pour recevoir notre lettre.

Contactez-nous

Utilisez ce formulaire pour nous envoyer un message.

Les cookies nous permettent plus facilement de vous proposer des services. En utilisant nos services, vous nous autorisez à utiliser des cookies.
Ok